• salomelecomte

10 minutes pour découvrir... l'élevage bovin allaitant [vidéo]

Voici une courte vidéo pour introduire l'élevage bovin allaitant. Accompagnée du script et du diaporama (téléchargeables en fin d'article), elle peut être utilisée en cours ou bien introduire l'un de nos jeux sérieux.

Vie d'une vache allaitante

Une vache allaitante naît le plus souvent sur la ferme dans laquelle elle va passer sa vie. L’éleveur est responsable de l’amélioration génétique de son troupeau : il sélectionne ses vaches et les fait se reproduire avec des taureaux les plus adaptés à ses besoins pour que son troupeau soit le plus performant possible en terme de reproduction (1 veau par vache et par an), de qualités maternelles (la mère s’occupe bien de son veau) et de quantité et qualité de la viande produite.

Les veaux femelles grandissent sur la ferme. On parle de génisse pour désigner une jeune vache qui n’a pas encore eu de veau. Vers 27 mois, les génisses sont mises à la reproduction principalement en monte naturelle. La génisse sera ainsi gestante, ce qui signifie « enceinte ». La gestation, période durant laquelle la vache est gestante, dure 9 mois. Au terme de ces 9 mois, c’est la mise-bas ou vêlage, soit l’accouchement pour une vache.

Le veau va ensuite passer 8 mois auprès de sa mère, souvent en extérieur, dans les prairies. La vache se nourrit d’herbe et le veau principalement de son lait. Les veaux et leurs mères sont ensuite séparés.

  • Les vaches sont à nouveau mises à la reproduction de façon à avoir un veau par an, souvent en monte naturelle : le troupeau est dans un pré avec un taureau qui féconde naturellement les vaches.

  • Les veaux, appelés broutards, sont après leur sevrage engraissés pendant 8 mois, c’est-à-dire qu’on leur donne de la nourriture de qualité en quantité pour augmenter leur masse musculaire. Le muscle est en effet ce qui donne la viande. A la fin de l’engraissement, les broutards sont abattus.

  • Quelques femelles sont conservées pour ce qu’on appelle le renouvellement du troupeau : au bout de 5 à 7 veaux, les vaches sont “trop vieilles” pour avoir d’autres veaux. On dit que ces vaches sont “réformées” : elles ne servent plus à la reproduction et sont engraissées puis abattues. Les broutardes conservées par l’éleveur servent à les remplacer.

Certains éleveurs s'occupent eux-mêmes de la naissance des veaux et de leur engraissement : on les appelle naisseurs-engraisseurs. D’autres sont spécialisés : les naisseurs produisent des veaux qu’ils vendent aux engraisseurs.


Lieux de vie et nourriture

Durant la période de gestation et d’allaitement, les vaches vivent en extérieur, dans des prairies. Elles pâturent l’herbe disponible ce qui réduit considérablement les coûts de production pour l’éleveur : l’herbe pousse toute seule et les vaches récoltent elles-mêmes leur aliment. L’herbe représente 80% de l’alimentation des vaches allaitantes.

Durant l’engraissement, les bovins sont placés dans des stabulations (bâtiments) sur aire paillée : ils sont dans des enclos intérieurs au sol recouvert de paille et sont majoritairement nourris de céréales, riches en énergie et de fourrages pour permettre une bonne rumination (digestion).


Quelques chiffres

La France est le premier pays européen producteur de viande bovine avec 1,5 millions de tonnes équivalent carcasse par an.

La France compte 4,1 millions de vaches allaitantes, la race la plus représentée étant la Charolaise. Ces vaches sont réparties dans 82 900 élevages. 70% de ces élevages ont plus de 20 vaches avec une moyenne de 60 vaches par élevage.

Les plus grands effectifs de bovins allaitants se trouvent en Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes. On peut observer que ces 3 régions sont des régions montagneuses : les bovins servent à valoriser les terrains en pente qui sont difficilement cultivables.

Au niveau de la production de viande, on obtient d’une vache charolaise de 740 kg de poids vif 269 kg de viande commercialisable. À l'abattoir, il y a donc une production de “déchets” que l’on appelle co-produits. Ces co-produits sont composés de tous les organes autres que les muscles (car muscle = viande) et peuvent être valorisés. La peau sert à faire du cuir, le sang, les os et la graisse peuvent être utilisés pour produire de l’énergie, de la nourriture pour animaux de compagnie, des cosmétiques ou encore des engrais. Le foie, les intestins, le cœur… peuvent être valorisés comme abats ou produits de triperie.


Sources

Chiffres :

https://www.interbev.fr/wp-content/uploads/2017/09/lessentiel-bovins-2019.pdf

Photos :

www.la-viande.fr

Télécharger le script :

Script_Video_Filiere_Bovin_Viande
.pdf
PDF • 432KB

Accéder au diaporama :

https://view.genial.ly/6012b5cb0f83110d86b0faec/presentation-filiere-vaches-allaitantes-diapo


Pour découvrir d'autres filières, c'est ici