Chap 3 miniature.png

Date de la dernière mise à jour de l'article : 08/09/2021

 

II - Elevage et maladies humaines

1 - Quand les animaux nous transmettent des maladies (suite)
1) Transmission des zoonoses (suite)
Capture_infozoonoses_populations.jpg
4. Le rôle de la mondialisation dans la transmission des zoonoses

Référence : Colloque "L'évolution des relations entre l'homme et l'animal : une approche transdisciplinaire" - 29 novembre 2011 « Zoonoses, épidémiologie et mondialisation », Barbara Dufour, professeur de Maladies contagieuses et d’Épidémiologie à l’École nationale vétérinaire d’Alfort (ENVA)

Extrait : 

Les facteurs permettant l’émergence ou la ré-émergence de ces maladies sont liés à l’agent pathogène lui-même, à des modifications environnementales et enfin aux conséquences de l’activité humaine :

 

  •  les agents pathogènes peuvent faire l’objet d’adaptations qu’elles soient spontanées (mutations génétiques des virus influenza par exemple) ou liées à la sélection de populations particulières (exemple de la résistance aux antibiotiques…)

  • les évolutions de l’environnement avec le réchauffement climatique conduisent à une modification des zones de répartition des animaux et des vecteurs d’agents pathogènes (pullulations/ migrations de certaines populations d’animaux sauvages, évolution géographique et introduction/ adaptation de nouveaux vecteurs – Dengue, West Nile, Chikungunya – accélération des cycles de reproduction…)

  • l’activité humaine et la mondialisation des échanges facilitent la circulation des personnes, mais aussi des animaux, des produits animaux, des produits biologiques, et celle des vecteurs. […] À cela s’ajoute la densification des populations humaines mais aussi animales, ces dernières étant selon les cas en contact étroit avec la faune sauvage et/ou les populations humaines locales (grippe aviaire à influenza A H5N1 en Asie). Par ailleurs, le comportement humain connaît ses propres évolutions, qui ne sont pas sans conséquences dans le domaine des zoonoses : engouement pour la nature (maladie de Lyme transmise par des tiques) et/ou pour les animaux de compagnie (bactéries pyogènes, pasteurelloses, salmonelles et oiseaux ou reptiles, peste et chiens de prairie…). Enfin, les évolutions technologiques sont elles aussi porteuses de facteurs favorisant les émergences de zoonoses (farines de viande et ESB, chaîne du froid et Listeria…) de même que les conflits armés, du fait de leur cortège de déplacements de populations animales et humaines, de l’écroulement des systèmes d’hygiène et des services sanitaires.

L’émergence d’une zoonose ne dépend donc pas d’un facteur unique, mais bien de la combinaison de facteurs propres aux agents pathogènes, de facteurs environnementaux et de facteurs liés à l’homme. La lutte nécessite une structuration solide de la surveillance ainsi que la collaboration au quotidien des services et professionnels en charge de la santé humaine et animale.

 

Lire la suite

du chapitre

miniature chap 4.png

III. Antibiotiques en élevage et antibiorésistance

Contactez-nous !

Une question ?

Un commentaire ?