miniature chap 4.png

Date de la dernière mise à jour de l'article : 08/09/2021

 

I - Les produits animaux et la nutrition

1 - Les produits animaux entrent dans la composition d'un régime équilibré
1) Les intérêts nutritionnels des produits animaux
Capture_apports_animaux_1.JPG
Capture_apports_animaux_4.JPG

Les produits animaux (viandes, produits carnés transformés, poissons et produits halieutiques*, produits laitiers, œufs) sont sources de protéines de très haute qualité, facilement assimilables et fournissant tous les acides aminés indispensables* à toutes les catégories de populations, sans limitation. Chaque produit a une composition variable et des qualités spécifiques : les produits animaux sont des sources importantes et facilement assimilables de fer (viande rouge), de zinc, de calcium (produits laitiers), de vitamines A, D et B12, et d’acides gras omega-3 (EPA et DHA) ; ils contribuent de façon majeure aux apports en ces micronutriments essentiels.

A voir : Sur Youtube, L'Esprit Sorcier du 9 décembre 2016 se demande C'est quoi une protéine ? -

Nutrition protéique
Capture_nucelotides_FP.JPG

Les protéines sont constituées d'acides aminés. Lors de la digestion, leurs liaisons chimiques se brisent.

Le sang transporte alors les acides aminés jusqu'aux cellules, où ils sont recombinés en de nouvelles protéines.

« Les protéines représentent le principal matériau constitutif de la matière vivante, ce sont les briques de construction de tous les tissus de l’organisme ». Ces éléments sont indispensables, il représente une partie importante du poids des animaux et de l’homme.

 

Rôles des protéines

 

Ce sont des constituants très importants des tissus de l’organisme (on en retrouve la moitié dans les muscles) et des différentes productions. Ils entrent également dans la composition des enzymes, des hormones, servant à transmettre des messages.

 

Que sont les acides aminés ?

Lorsque les protéines des aliments sont dégradées pendant la digestion, les nutriments libérés sont les acides aminés. Ce sont des molécules riches en atomes d’azote. Les acides aminés sont donc les unités de base des protéines, une protéine étant formée par l'enchaînement de très nombreux acides aminés.

 

En réalité, il existe 20 acides aminés différents dans la nature, donc 20 briques de bases. L’animal doit donc disposer de suffisamment de chaque brique pour pouvoir fabriquer ses protéines. Il existe 2 grandes catégories d’acides aminés :

  • Les acides aminés essentiels ou indispensables : ce sont des acides aminés que l’animal n’est pas capable de fabriquer lui-même et qu’il doit forcément trouver dans son alimentation.

  • Les autres acides aminés (banals) : ce sont des acides aminés que l’animal est capable de fabriquer lui-même ou qu’il est capable de fabriquer à partir d’autres acides aminés.

Il suffit qu’un seul acide aminé essentiel manque pour que la synthèse d’une protéine s’arrête. Cet acide aminé devient un facteur limitant (on peut augmenter autant qu’on veut l’apport de protéines, si l’on n’apporte pas le bon acide aminé, la synthèse protéique s’arrête étant donné qu’il manque le bon « matériau » pour poursuivre).

2) Les apports recommandés

En France, les produits animaux fournissent près des 2/3 de la consommation individuelle de protéines des Français; celle-ci est en moyenne à 90 g/j, soit 60 g/j de protéines animales. Selon l’Anses, il est recommandé au moins 0,83 g/kg corporel/jour de protéines pour la population adulte en bonne santé et 1g/kg/jour pour les personnes âgées. Selon le poids corporel, cela correspond par exemple environ à 50 g minimum de protéines par jour pour une femme de 60 kg, 62 g pour un homme de 75 kg ou encore 70 g pour une personne âgée.

 

On considère par ailleurs, en terme d’équilibre global, que la moitié de ces protéines devrait être d’origine végétale et la moitié d’origine animale (soit environ au moins 25-30 g/j de protéines pour reprendre les exemples précédents). Il est cependant à noter que plusieurs catégories de populations ont des besoins nutritionnels spécifiques. C’est le cas, par exemple, des personnes âgées qui ont des besoins en protéines rapidement assimilables plus élevés pour limiter la fonte musculaire et maintenir leur capital osseux.

 

Par ailleurs, les personnes âgées, les enfants, les femmes en âge de procréer... ont des besoins, plus importants que la population générale en micronutriments* dont plusieurs sont apportés par les produits animaux. Il y a ainsi en France 25% des adolescentes et femmes en âge de procréer qui ont des apports en fer inadéquats, dont 7 à 15% présentent des critères avérés de carence en fer [2]

Capture_apports_animaux_2.JPG
Capture_apports_animaux_3.JPG
Capture_apports_animaux_4.JPG
Mieux nourrir les animaux pour mieux nourrir les humains

L’alimentation des animaux peut avoir un impact sur la qualité des produits issus de ces animaux. Par exemple, de nombreuses personnes aujourd’hui ont des apports de matière grasse déséquilibrés : on a tendance à consommer trop d’acides gras saturés, et pas assez d’omégas 3.

 

Le fait de nourrir les animaux avec des aliments riches en omégas trois, comme par exemple les graines de lin, permet d’obtenir des produits plus riches en acides gras omégas trois, et donc bénéfiques pour la santé humaine[3]. C’est sur ce principe (entre autres) qu’a été construit le label « Bleu Blanc Cœur », qui garantit des produits plus riches en omégas trois[4] .

bleu_blanc_coeur_icone.JPG

Témoignage vidéo d'un éleveur de porc, adhérent à l'association Bleu-Blanc-Coeur. Selon leur site web, 7000 éleveurs se sont engagés dans cette démarche 

Capture_cahier_charge_oeuf_bleublanccoeur.JPG

Extrait du cahier des charges du label Bleu-blanc-coeur accordé aux œufs. Leurs produits doivent respecter un certain taux de nutriments pour être jugés conformes

[1] Article en ligne sur inrae.fr (lien)

[2] Duchêne, C., Lambert, J.L., Tavoularis, G., (2017). La consommation de viande en France, Cahiers nutrition du CIV, P49 à 43, d’après Credoc, enquête CCAF, 2013

[3] Weill, P., Schmitt, B. and Legrand, P. (2001). Evolution des paramètres lipidiques sanguins chez l’homme, secondaire à l’introduction de lin, riche en acide alpha-linolénique (n-3), dans l’alimentation d’animaux destinés à la consommation humaine. Oléagineux, Corps gras, Lipides, 8(4), pp.333-335.

[4] https://www.bleu-blanc-coeur.org/nos-engagements/sante-humaine/

Ciqual_steak.JPG

* La production halieutique est l'exploitation des ressources vivantes aquatiques. Elle regroupe les différents modes d'exploitation et de gestion (pêche, aquaculture) des espèces vivantes (végétales ou animales) exercés dans tous les milieux aquatiques (mer et eau douce) https://www.insee.fr/

*micronutriments = nutriments qui n’ont pas de valeur énergétique et leur action indispensable sur l’organisme est permise grâce à de très faible quantité

article_SA_bleublanccoeur.jpg

Science et Avenir publie en 2016 un article qui parle de l'association Bleu-Blanc-Cœur et de sa démarche pour une meilleure alimentation des animaux d'élevage. (lien)

 
 

La table Ciqual mise en ligne par l'ANSES permet de vérifier la composition des différents types d'aliment disponibles sur le marché français.

Source :  (lien) https://ciqual.anses.fr/

* Acides aminés indispensables car non produits par l’homme, devant donc être apporté via l’alimentation

Lire la suite

du chapitre

miniature chap 4.png

I. Les produits animaux et la nutrition (suite)

Contactez-nous !

Une question ?

Un commentaire ?